Concours EOPN (pilote) niveau BAC

Environ 100 pilotes/navigateurs sont recrutés par la voies EOPN chaque année – le recrutement pilotes/navigateurs est très variable d’une année sur l’autre. Les CIRFA Air (centre d’information et de recrutement des forces armées Air) ont connaissance des chiffres et seront en mesure de vous renseigner. Les conseillers CIRFA accompagnent le candidat EOPN jusqu’au concours.

Le concours se prépare…Nombreux sont les candidats à se présenter au concours EOPN (pilote) – élèves officiers du personnel navigant de l’Armée de l’Air et de l’Espace ou EOPAN de l’aéronavale sans vraiment connaître réellement le métier de pilote militaire. Les concours EOPAN et EOPN sont très semblables concernant les aptitudes des candidats.

Pour un meilleure qualité, vous pouvez télécharger la plaquette ci-dessous.


Pilote via l’Ecole de l’Air après CPGE ou équivalent

Environ 50 pilotes sont recrutés chaque année par cette voie, autant dire que les places sont “chères”. De nombreuses informations sont disponibles sur le site de l’Ecole de l’Air.

Téléchargez ci-dessous la brochure de l’Ecole de l’Air.


Les aptitudes pour le concours EOPN (pilote)

Il ne s’agit nullement d’être le premier de classe pour réussir le concours. Les armées recherchent des profils particuliers avec des aptitudes spécifiques : division d’attention, mémorisation, rapidité d’exécution…

A noter que ces aptitudes s’acquièrent tout au long de la vie et des activités pratiquées. Donc un échec au concours n’est pas signe d’incompétence, mais tout simplement, que le profil ne correspond pas : par conséquent, il faut prévoir une orientation bis et ne pas tout miser sur la réussite du concours.

De plus, la division d’attention se développe en pratiquant certains sports type le pingpong, le badminton, tennis, les sports de groupe : les sports nécessitant de l’analyse, de la tactique, de la rapidité et précision dans les gestes.


Quelles différences entre le métier de pilote de chasse, hélico et transport ?

Les pilotes de chasse, transport et hélicoptère portent le même uniforme, ont suivi la même formation militaire et se sont engagés pour les intérêts de la France et donc des français. Cette liste n’est pas exhaustive…

ChasseHélicoTransport
MissionsReconnaissance
Délivrer de l’armement
Police du ciel
Sauvetage
Police du ciel
Transport passagers
Transport matériel
Transport passagers
Transport matériel
Evacuation sanitaire
Types de vol spécifiquesJour/nuit
Sous JVN/VFR/IFR
Tir
Combat aérien
Toutes altitudes
Ravitaillement
Vol en formation
Ravitaillement
Vol tactiques
Jour/nuit
Sous JVN/VFR/IFR
Tir
Poser campagne
Treuillage
Sling
Ravitaillement
Vol en formation
Vol tactiques
Jour/nuit
Sous JVN/VFR/IFR
Poser terrain sommaire
Largage/parachutage
Vol en formation
Ravitaillement
Vol tactiques
Domaine de volToutes les altitudesTrès très basse altitude à moyenne altitudeToutes les altitudes
Rythme / durées des vols en entrainement1h à 1h30 hors ravitaillement 1h à 2h30 hors ravitaillementEnviron 2h à 6h (variable selon aéronefs et missions)

Les missions et performance des machines conditionnent le rythme de vie des pilotes :

  • de manière générale, hors mission extérieure, les pilotes de chasse et d’hélicoptère ont sensiblement le même rythme de vie. Les vols sont plutôt courts et intenses en charge de travail. Ils alternent entre vol de jour et de nuit. Globalement, ils découchent environ 120 jours par an (très variable d’un escadron à l’autre et selon les qualifications détenues par le pilote).
  • les pilotes de transport effectuent des vols plus longs et sont donc appelés à s’absenter d’avantage. En contre partie, ils voyagent beaucoup vers des destinations lointaines.

Notion d’équipage

Tout d’abord, dans la chasse, la notion d’équipage sur les machine monoplace est limitée à celle d’équipier (vols à plusieurs machines).

A l’opposé, dans le transport et sur hélicoptère, la notion d’équipage est très forte. Les pilotes sont toujours à deux (voire trois avec le navigateur) et toujours entourés de leur équipe de mécaniciens / tireurs d’élite / équipes médicales…

Même si la notion d’équipage est différente, les liens au sein des personnels navigants de l’Armée de l’Air et de l’Espace sont très forts, car ils sont tous interdépendants lors des vols et des opérations : chacun place sa vie et sa sécurité entre les mains de ses coéquipiers au sein du même aéronef, mais aussi au sein des aéronefs évoluant dans le cadre de la même mission et ce, quelque soit sa spécialité chasse, transport, hélicoptère ou drone.

Vidéo sur l’A400M.

Retrouvez les différents types d’aéronefs de l’Armée de l’Air et de l’Espace.


Deux cursus pour intégrer la formation de pilote dans l’Armée de l’Air et de l’Espace

Conditions Ecole de l’Air “Directs”EOPN
Accès à la filièreConcours après CPGE ou équivalent.Concours niveau BAC
Durée des études3 ans à l’Ecole de l’Air puis environ 2-3 ans de formation pilote3 – 4 ans de formation
Niveau d’étudesIngénieurBAC+2
CarrièreEnviron 10 ans en escadron puis en état major (emploi de commandement en bureau). Vole très peu.En escadron, activité aérienne (vols) continue.
Postes Rapidement poste de manager et de direction.Poste de manager en escadron.
GradesMontée en grade rapide, conditionnée par évaluations.
Fin de carrière Colonel (pour la majorité).
Montée en grade plus lente : fin de carrière Capitaine.
Durée de carrièreEnviron 59 ans.Environ 20 ans de service (possibilité d’activation ou passer de réserve à l’issue).
Age limite concours27 ans au moment du concours (attention peu varier). Renseignements site devenir-aviateur.

Préparer le concours pilote

Retrouvez le programme détaillé de la sélection pilote de l’Armée de l’Air et de l’Espace.

De plus, pour s’entrainer, différentes sociétés proposent une batterie de test. Globalement, ils permettent de bien se préparer et correspondent aux évaluations.

Attention : la préparation physique ne s’improvise pas, tout comme les connaissances (Armée de l’Air et de l’Espace, les différents types d’aéronefs, histoire de l’AAE, les ambassadeurs…) et son intérêt pour l’Armée de l’Air et de l’Espace. Pour un novice, comptez 6 mois de préparation intensive !!!


BIA et concours EOPN

Y a-t-il un avantage à passer l’examen BIA pour présenter le concours EOPN ?

La réponse est oui, afin de montrer votre motivation et vous démarquer des autres candidats car le nombre des postulants présentant les EOPN est particulièrement important d’autant plus avec la crise actuelle de l’aérien et le risque de faillite des compagnies aériennes civiles : de nombreux jeunes rêvant d’être pilote de ligne, se reportent sur les EOPN.

De plus, certaines épreuves du concours EOPN sont en lien avec celles du BIA.

Parallèlement, suivre les cours des BIA permet de préparer les bases des cours dispensés lors de la formation pilote. L’enseignant principal de France-BIA était pilote moniteur dans l’Armée de l’Air et de l’Espace.

Rappel : l’attribution des places (chasse, transport et hélico) à l’issue de la formation de base pilote se fait selon un classement…autant prendre de l’avance avec le BIA !

Autre avantage : les formateurs BIA ont souvent un réseau étoffé et vous permettent de rencontrer des militaires : un réel avantage pour les oraux du concours EOPN.


Quelques sites intéressants